Autour de Répliques

Aujourd’hui, l’envie m’a pris de vous faire découvrir le cadre qui sert de décor à mon roman Répliques. Je ne fais pas partie de ceux qui pensent qu’un écrivain devrait se contenter d’écrire sur des lieux qu’il connaît. Pour moi, l’écriture est une fiction, l’écrivain un menteur, et je partage l’avis de Stephen King selon lequel son job consiste à mentir du mieux possible. S’il ne fallait écrire que sur ce que l’on a vécu ou vu pour de vrai, il n’y aurait pas de SF, de Fantasy ou de Fantastique (même si certains auteurs de fantastique sont persuadés d’avoir vu des fantômes ou d’avoir vécu des expériences paranormales. Ce n’est pas mon cas), ni de romans historiques. C’est le job de l’écrivain de transporter le lecteur dans un monde qui doit apparaître comme crédible.

Revenons à nos moutons et à la Nouvelle-Zélande. Ce pays, j’y suis allé, je l’ai sillonné pendant un mois en compagnie de ma douce, et c’est le voyage qui a appelé le livre. J’avais toujours ressenti le besoin d’écrire quelque chose qui se passerait là-bas, sans doute parce que je n’avais pas vraiment envie d’en partir. Répliques est d’abord né de cette envie.

Je me propose donc de vous faire découvrir quelques uns des différents lieux emblématiques du roman. En commençant par le Wanganui (ou Whanganui, les deux orthographes sont correctes) National Park.

En grande partie sauvage, couvert de forêt et de jungle, le parc national est situé sur l’île du nord et sillonné par la rivière Wanganui. Vous y trouverez quelques familles maories, pauvres pour la plupart, qui vivent sur les berges, et vous y croiserez des chasseurs d’opposums, des touristes qui font du canoé, du jet boat ou de la randonnée.

Dans Répliques, c’est un lieu important puisque c’est là que vit le chaman Tuari Tenana, et c’est là qu’a lieu le noeud dramatique qui clôt la deuxième partie du roman.

La Wanganui river
Sur la Wanganui river

Un chemin sillonne les berges de la rivière, une piste en cailloux, qui dessert les maisons plutôt misérables des maoris qui vivent ici. Ce sentier, nous l’avons emprunté en compagnie du facteur du coin (Noal, dont j’ai donné le prénom au sauveteur du chapitre 1), qui faisait office de guide. Dans le roman, c’est le chemin que prennent Mat Carter puis plus tard, Cadmos et Ellis Dawn, pour rejoindre la maison de Tuari Tenana.

Lorsque Cadmos et Ellis Dawn, les agents du Styx, se rendent qur place, ils passent par Pipiriki, un des plus grands villages du coin, qui sert essentiellement de point de départ pour les randonnées. C’était un comptoir commercial peuplé de 350 personnes en 1840, lieu d’échange pour le commerce et les marchandises qui transitaient par la rivière.

Le backpacker où j’ai dormi à Pipiriki

Un des lieux les plus intéressants du coin est le bridge to nowhere, un vestige qui témoigne de l’échec des colons à s’installer dans cette région. Une trentaine de volontaires s’étaient lancés dans le déboisement afin d’établir un comptoir commercial et profiter de la rivière pour faire du commerce. Mais une fois n’est pas coutume, la jungle a gagné, et les colons ont abandonné. Il ne subsiste de cette expérience à la Mosquito coast qu’un pont qui ne dessert rien (à part lke chemin de randonnée), absurde et énigmatique, planté au milieu de la végétation.

le Bridge to nowhere

Un autre lieu d’intérêt est l’église de Jerusalem (!), établie au milieu de nulle part et qui est bien entretenu, témoignant de la christianisation qui accompagnait inévitablement les colons occidentaux.

Si un jour vous allez vous balader dans le coin, peut-être que vous repenserez aux nombreuses scènes qui de Répliques qui prennent cet endroit comme décor. En regardant bien, allez savoir, vous apercevrez peut-être un maori un peu bizarre, grand et maigre, habillé de vêtements douteux et portant de nombreux colliers et bracelets. S’il tend son bâton sculpté dans votre direction, un bon conseil : foutez le camp !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.